Laura Cahen \\ Nord

Laura Cahen est née le 19 octobre 1990 dans une famille slave qui a quitté le Maroc puis l’Algérie avant de s’installer en Lorraine à Nancy.

Elle commence à étudier le piano et le violon à l’âge de 4 ans. À 10 ans elle se met à la guitare et au chant et se dit : "je veux faire ça, je ne veux faire que ça !". Elle réalise plus tard que son rêve est atteignable lorsqu’elle compose sa toute première chanson.

“Quand elle chante, la voix de Laura Cahen est singulière et attachante, avec une forte identité : une voix claire, aigüe et haute, avec en même temps une profondeur cuivrée qui apparaît au fond de certains mots, une dimension organique de fanfare, avec des cuivres, des trompettes, une grosse caisse, des cymbales, en plein air, sous un ciel de printemps.” - Eric Reinhardt

Elle commence sa carrière au lycée en formant avec une copine le duo guitare/contrebasse Deux Z'elles et travaille le chant à la Music Academy International de Nancy. Elle entame parallèlement une carrière solo sous son nom, accompagnée par ses 2 frères, l’un à la contrebasse et l’autre ingénieur du son.

En 2012, elle se fait découvrir du public avec Chaque fois, un premier EP 4 titres et le titre Mon Loup - titre initialement écrit pour Luce qui ne l’a pas gardé - une histoire de croqueuse d’hommes sur des arrangements jazzy qui intègre alors la playlist de France Inter. Truffée de jeux de mots, cette chanson est utilisée par des sites web spécialisé dans l’enseignement du français. 2013 est une année faste : elle est lauréate du FAIR et remarquée par Les Inouïs du Printemps de Bourges. Laura Cahen sort ensuite un deuxième EP 6 pistes intitulé O puis le 45 tours R 7 au printemps 2015, avec notamment le single “Réverbère”.

Pendant toute cette période, elle donne un peu plus de 130 concerts dans toute la France et à l’étranger, se construisant ainsi un public fidèle.

Laura Cahen.png

C’est son éditeur qui lui fait rencontrer Samy Osta, producteur de groupes de renom comme La Femme, Juniore ou encore Feu! Chatterton. Celui-ci l’emmène vers d’autres horizons en allant chercher des choses plus personnelles et plus intimes. Ils enregistrent ensemble l’album “ Nord” durant l’été 2015.

“J'essaye de ne pas penser à "l'inspiration". Quand j'écris, je respire. Je fais tout ce qui est en mon possible pour laisser au maximum l'intellect de côté et ne pas penser, réfléchir à ce que j'écris.” - Laura Cahen

Pour ça, Laura Cahen se nourrit de l'écriture automatique des poètes surréalistes, comme Breton, Aragon et Éluard. Ce qui l'importe le plus dans le texte, c'est le son. Elle cherche à ce que la voix et les mots fassent partie intégrante des arrangements, que la ligne mélodique soit intéressante, et donc que l'enchaînement des syllabes le permette. Ainsi, elle va à tâtons, enchaînant des syllabes qui forment des mots, qui forment des phrases.

Côté musique, elle aime Feist plus que tout et se laisse influencer par Keren Ann, Serge Gainsbourg, Alain Bashung ou encore Radiohead et Portishead.

Elle écrit les 11 titres de “Nord” en puisant dans l’histoire de sa famille et de ses ancêtres, une histoire d’exode, de migration. Cela lui a pris 4 ans : Laura Cahen avait besoin de ce temps pour en définir le chemin et l’esthétique.

“"Nord" est pensé comme un long voyage où l'on rencontre parfois de la lumière en hiver, mais aussi du tonnerre en été.” - Laura Cahen

Découpé en 4 temps, le disque s'écoute comme une histoire intemporelle, construite au fil des saisons et des couleurs : automne bleu, hiver orange, rouge printemps, été noir. Les textes sont poétiques, imagés, à double sens. Aux arrangements, le producteur Samy Osta habille les compositions de chœurs profonds et réverbérés, soutenus par des percussions sourdes et légères. Un premier essai d'une classe folle.

→ En concert au Printemps de Bourges le 20 avril 2017 et le 16 mai au Café de la Danse à Paris.