Bon Iver \\ 22, A Million

Cette semaine nous n’avons pas résisté à vous parler du dernier album de Bon Iver, "22, A Million", sorti en septembre dernier. Un album inespéré qui a fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause.

Bon Iver, c’est à l’origine une bande de potes réunie autour de Justin Vernon (chanteur et leader du groupe), qui s’est mis à rêver. Pendant plusieurs années, d’abord réunis dans une cabane du Wisconsin, puis plus ou moins éloignés les uns des autres, jusqu’à ce que leur rêve devienne un jour réalité. La sortie de leur premier album en 2007, "For Emma, Forever Ago", les a propulsés d’un coup sur la scène internationale, accueillant les louanges du monde entier. Leur deuxième album, "Bon Iver", a confirmé ce statut de rois de la folk moderne et assis un peu plus leur popularité.

Seulement voilà, Justin Vernon n’était pas prêt. Déjà écorché vif ("For Emma, Forever Ago" a été composé à la suite d’une rupture douloureuse), cette célébrité soudaine ne l’a pas aidé à trouver la sérénité. Au contraire. Déstabilisé, il annonce la fin du groupe, ou du moins une "longue pause", comme pour se protéger avant qu’il ne soit trop tard.

Justin se consacre alors à de nouveaux projets, multiplie les collaborations avec James Blake, Kanye West entre autres, donne des lives avec orchestres… et finit par se laisser emporter par ses démons intérieurs.

« Le bouleversement spectaculaire de sa vie, après ces deux albums, a provoqué chez Justin une tempête intérieure, une crise de panique. J’ai vu mon meilleur ami pleurer dans mes bras, perdu dans un monde de confusion et de retranchement. Justin pouvait à peine parler.  » - Trever Hagen, musicologue et ami de Justin Vernon

En plein surmenage, le musicien décide de quitter les États-Unis et son Wisconsin pour se reposer en Grèce sur l’île de Santorin. N’ayant pas réalisé qu’il y arriverait en basse saison, ce voyage le mène à une profonde dépression. Justin se retrouve retranché sur l’île quasi-déserte, à ne pouvoir aller nulle part, ni rien faire, et incapable de parler. Enchaînant les crises d’angoisse, le musicien ne peut plus échapper à son sort et un profond sentiment de futilité terrestre. Sa seule lumière, son mantra pour traverser cette tempête intime, est cette phrase qu’il se répète à chaque crise : "This feeling might be over soon" (soit la phrase qui ouvre le nouvel album). C’est dans ce contexte qu’est né le troisième opus de Bon Iver.

"The forecast that begins this next Bon Iver undertaking is a reminder of our fragile existence." - Trever Hagen

L’album "22, A Million", est, à l’image de Justin Vernon, écorché et tourmenté. Il y remet en cause ses codes folk et sa capacité d’expression (vous remarquerez que tous les titres sont marqués par un chiffre ou des symboles) pour aboutir à un point de non-retour musical et intellectuel où la condition humaine est invoquée et interrogée.

Et pour traduire au mieux sa souffrance et les questions qui l’animent, il a inventé à l’aide d’un ami ingénieur, une boîte électronique. Nommée Messina (en hommage à son créateur Chris Messina), elle décompose les instrumentalisations intimistes pour accomplir une révolution dans la musique de Bon Iver.

À l’image d’un prisme dans lequel la lumière se décompose, le Messina décompose, brouille et aliène la voix bouleversante de Justin Vernon et certains des instruments, créant artefacts et sonorités qui semblent jouer les échos des questions sans réponses.

“This is not the sound of a new man, or crispy realisation, It’s the sound of the unlocking and the lift away” - Justin Vernon

Le Messina, élément central de cet album, donne ainsi des résultats aléatoires et imprévisibles sur les pistes. Les sons sont produits sans aucune raison qualifiable, sans explication, dénués d’un autre langage que celui des règles numériques.

Autant de moyens pour Justin Vernon de calmer ses démons et se débarrasser de ses angoisses pour ouvrir une nouvelle voie. Une voie dont lui-même décidera la direction, au plus loin des pressions exercées par l’industrie de la musique.

Cet album bouleversant s’intègre particulièrement dans la démarche “slow listening” : il est indispensable de prendre le temps et d’accorder une écoute attentive à tout l’album. Pris à part, les morceaux n’ont définitivement pas le même sens, ni la même saveur.

Ecoutez “22, A Million” sur DeezerSpotify et achetez sur Qobuz

  1. 22 (OVER S∞∞N)
  2. 10 d E A T h b R E a s T ⚄ ⚄
  3. 715 - CR∑∑KS
  4. 33 "GOD"
  5. 29 #Strafford APTS
  6. 666 ʇ
  7. 21 M◊◊N WATER
  8. 8 (circle)
  9. ____45_____
  10. 00000 Million

Lisez la lettre de Trever Hagen, musicologue et ami de Justin Vernon, sur la naissance de cet album.